en images

antitrouille n1
bout de niveau 2

Modules de stage  la survie 

  Rappel et travail de corde  

Nous avons l'habitude de travailler sur un pont qui culmine à 17m, distance suffisant pour le vertige , qui demeure à taille humaine. Ce pont est situé au dessus d'un cours d'eau qui nous permet de pique- niquer auparavant et laisser aux stagiaires le temps de se faire à l'idée de descendre ce pont sur 10mm de corde et ce dans diverses positions. La présence de l'eau apaisante même si elle ne se trouve pas aux endroits de descente reste rassurante. L'appréhension du vide selon mes interprétations m'a amené à plusieurs constats , la plus commune est une trouille succinte, avec juste ce qu'il faut d'appréhension pour franchir, aller de l'avant et se jeter dans le vide en faisant confiance à la personne qui incite à ce genre d'exercices.

La 2e une fois passé ceux qui maitrisent et qui cachent leur appréhension concerne des personnes qui ont un temps d'hésitation, un travail psychologique est entamé avec les pourquoi ? dans quel but ? qu'est ce que je fais là ? etc... ma mission est de faire en sorte que cette épreuve soit ludique, à ce moment là, le groupe est important, le soutien et le fait que les autres soient passés encouragent vivement à ne pas renoncer, c'est le blocage que je préfère où dans l'intimité, l'individu est dévoilé, mis à nu et un vrai travail de confiance et de stimulation s'installe. sur 200 personnes initiées pour le moment, une seule a refusé.

La 3e, les cas rares souffrant d'une pathologie violente quant à la hauteur, la plupart du temps due à un accident un traumatisme  qui les bloquent définitivement. le dernier en date avait eu un accident de montagne et une mort clinique avec au réveil une peur du vide béante,  Dans ce dernier cas, c'est un travail sur le terrain, analyse du comportement, le faire venir sur le pont et lui montrer que tout est possible  En aucun cas le forcer, au contraire, laisser le rythme de  la décision faire son chemin. En général les blocages durent entre 1 et 15 minutes, à force d'habitude de réputation et de confiance les gens se confient et se jettent volontairement. Ce dernier cas m'a pris 1heure avec à la clé une délivrance .

   Les voitures et le franchissement :  

  Beaucoup de stagiaires ont pris cet exercice comme un exutoire; pour la majorité des gens la voiture demeure un objet précieux sur lequel on ne s'assoit pas et qu'on ne peut en aucun cas abimer. Pour moi c'est de la tôle avec un moteur qui ne sert qu'à aller d'un point A à un point B et si tout le monde pensait comme moi ça changerait beaucoup le comportement au volant. De pouvoir sauter dessus, claquer les portières, les rayer, casser les vitres, les retourner, démonter et comprendre ce qu'est un moteur est une vraie récréation. Je m'en sers aussi comme support et obstacle, comme entrer et sortir à toute vitesse en passant par toutes les portes, les franchir rapidement, se mettre à 12 dans la même, percuter une autre voiture à basse vitesse,  s'en servir de matelas,etc... c'est le moment où j'utilise la complémentarité des stagiaires,  un grand un petit, un lent un rapide, un tonique un passif,... le jeu est décuplé quand un stagiaire ou ses parents ont eu le même modèle de voiture et qu'il peut se venger, ... J'ai été étonné de voir à quel point les filles avaient du plaisir à détruire ou casser des vitres ou des pare-chocs, des rétroviseurs, voiture symbole de la propriété et de la masculinité surement ou la vengeance des pannes facturées trop chères. je ponctue ces jeux avec un cours léger de mécanique et d'astuces pour comprendre rapidement ce que les profs de technologie du lycée mettaient un an à nous expliquer.    

le noir et la claustrophobie.

  le noir concerne tout le monde, travailler dans le noir (se localiser, retrouver un objet, son chemin,...) affecte tous les individus avec plus ou moins de réactions démonstratives. l'obscurité met en éveil en dehors de la vue l'ouie et les odeurs, l'humidité, le courant d'air, les bruits extérieurs, c'est un moment de concentration qui remet tout le monde à un niveau d'égalité. C'est un exercice difficile à retracer dans la vie de tous les jours à cause de la lumière permanente, de la lune, etc... nous travaillons dans les sous sols d'une usine désaffectée de 4000 m2, de quoi se perdre, avec des obstacles de l'eau, des bruits inhabituels, un vrai cauchemar, mais sous forme de jeu, ça devient plus facile même pour les plus réticents.  

  la chute de hauteur.  

 après quelques éducatifs et fondamentaux, 2m et 4m, c'est suffisant, juste de quoi mettre le corps en péril et faire appel à ses bases collégiennes de gym pour ne pas se faire mal. Un vrai lacher prise, chutes avant en s'enroulant, costales, à plat et de dos sans voir son tapis,... Les stagiaires sont livrés à eux mêmes, pour les plus réticents,il y a des éducatifs progressifs qui leur permettent de découvrir leurs limites, de les controler puis de les déplacer par l'énergie du groupe, une fois de plus je ne suis qu'une incitation et le groupe fait le reste C'est un moment où l'on peut travailler sur le rythme cardiaque, la respiration et le moment clé de la "décision", faire le grand saut.

Même si parfois il y a autant de tapis que de hauteur. c'est l'intention qui compte.    

le paintball.

  c'est toujours les plus pacifistes qui s'en sortent le mieux et qui après avoir eu honte du plaisir qu'ils ont eu à dégommer leurs amis redécouvrent les jeux d'enfants du" je te tue tu meurs et tu te relèves 10 secondes après". C'est aussi un travail de rythme et de régulation respiratoire, du déplacement mêlé de silence ,d'observation, d'écoute et de précision. un vrai sport complet sans péril. pour jouer vraiment nous leur apprenons à se déplacer dans un environnement hostile, regarder derrière devant, se faire couvrir, attaquer, parler par signes,... c'est le moment aussi de nommer des chefs qui ne le sont pas forcément et qui doivent prendre des engagements, des responsabilités en faisant les bons choix de direction, de pauses, des actes..  

  Le tir  

Lier le doigt et l'oeil, atteindre un objectif par le biais d'outils et de projectiles arc, couteaux, fusil à lunettes. Faire mouche, redécouvrir le lancé, cailloux, fronde, précision, atteindre sa cible, finaliser. J'ai travaillé dans des cirques comme lanceur de couteaux, en engageant à chaque spectacle la vie de ma partenaire, j'ai aussi pratiqué le tir sportif sur cible et moins sportif .

Le fait de devoir contrôler sa respiration et le moment clé est un appel à l'instinct et à la décision d'un moment "m" que j'essaie de faire partager même aux plus réticents dès qu'il s'agit des armes à feu ou des armes en particulier. Il y a un temps consacré à l'arme en général et prouver qu'une arme par définition n'est pas dangereuse mais que c'est le détenteur qui peut le devenir.    

le combat.  

Tous les matins durant un stage il y a un intervenant différent qui enseigne sa façon à lui de combattre : kung fu, self défense, aikido, krav maga, close combat, protection rapprochée, MMA,etc...

Chaque intervenant est diplômé et apte à enseigner. Nous avons peu de temps pour faire découvrir de quoi se compose chaque art martial, le but est de proposer une synthèse pour que chacun découvre sa propre façon de se confronter à ses problèmes et d'analyser ses réactions, les éviter et s'en servir en les contournant, (aikido) les supprimer avec plus ou moins de violence (krav maga, kung fu,...) les analyser et les irradiquer, (self défense, protection rapprochée, MMA),...   Le but n'est pas d'en faire des guerriers.

Beaucoup me disent qu'en cas de danger ils prennent la fuite, celà reste la solution la plus intelligente seulement, si c'est un de vos proches qui est en danger autant savoir se dépétrer de ce soucis et ne pas faire n'importe quoi. Affronter les problèmes ce n'est pas une histoire de gabarit, mais de conviction et de pratique . La violence est omniprésente autour de nous, je mettrai dans le lot, la violence visuelle des affichages publicitaires et des enseignes clignotantes,les violences télévisuelles, le bruit, la bousculade, le manque de respect de sa propre bulle, les insultes, les appels à votre domicile pour vous vendre une nouvelle cuisine,  le mépris, la haine, qui au quotidien forment un pécule gros comme Ganimède. ( c'est la plus grosse des planètes), par conséquent autant composer avec et trouver les solutions pour qu'elles ne nous affectent plus.

Il y a plusieurs façons de combattre ces stress (vipassana, méditation, yoga, tai chi, j'ai choisi une solution plus physique," le cerveau ordonne, le corps obéit".  

l'eau  

Que ce soit en remontant une rivière, dans les chutes d'eau, dans une piscine en feu, l'eau n'est l'élément de personne  , on peut être à l'aise pour nager mais vivre dessous demeure impossible.

Le travail de respiration, de résistance au froid permet une fois de plus un "contrôle", une acceptation d'être innondé, trempé, encerclé de partout avec une solution "la gestion".

  Dormir dehors  

Sommes nous plus en sécurité en forêt que dans un 2 pièces au 4e étage, pas de gaz, pas d'électricité, pas de voisins saouls, pas de balcon, pas d'éther de glycol, pas d'ascenseur, pas d'escalier,...

retrouver l'emplacement des points cardinaux, vivre le vrai temps où allumer un feu n'est pas si simple, l'entretenir et faire cuire ses aliments avec, stocker du bois, où faire quoi ? ne rien oublier avant de partir et en partant,...

Préparer son endroit pour la nuit, écouter le vent, se protéger, vivre avec les bestioles et les bruits de la nuit, dormir isolé, parler autour d'un feu, déjà, c'est pas mal, mais nous avons rajouté l'attaque de nuit où notre but est d'égorger à l'aide d'un marqueur les gentils campeurs, leur subtiliser leurs affaires, ces exercices sont un appel a la vigilance, aux tours de garde, aux pièges, et aux réactions. C'est une nuit particulière avec au lever du jour la découverte d'un paysage pyrénéen contre lequel les soucis du quotidien ne peuvent pas lutter. Les réactions par rapport à cette expérience ont été diverses, comme la découverte pour quelqu'un qui ne supportait pas l'abandon et que j'avais isolé me confiant qu'elle avait très bien dormi et se sentait en sécurité. Une autre qui avait fait fait abstraction des bébètes alors que c'était sa phobie, d'autres sur la peur du noir qui ne les avait pas du tout inquiétés, et le contraire: les bruits inconnus, la vigilance permanente, la mauvaise gestion des temps de repos, le stress de l'attaque,...   

  les exercices divers  

Par le biais de jeux et de diversions* j'incite les stagiaires à échouer le plus souvent possible pour mettre en route un processus de réflexion, (s'ils réussissaient tout ils n'auraient rien à faire ici).  

*diversions :  pour moi, c'est une improvisation avec l'obligation de réussir ; dans le but de créer une situation inhabituelle pour sauver les autres.   Ious les exercices sont des idées pratiquées depuis mes 30 ans d'enseignement en école de cirque, régisseur de cascade, cascadeur, régisseur de camp à l'étranger ou comme directeur pédagogique. je les trouve efficaces et appropriés à tous styles de publics et d'ages.  

Chaque fin de journée est ponctuée par des étirements, auto massage exercices de shiatsu, ou wolfing selon humeur.                         

Descriptif:   Pour répondre aux questions fréquentes, en quelques lignes, oui ce stage est dur mais a la portée de toute personne normalement constituée et mature,   Le travail sur soi est profond et difficile, il y a beaucoup d’informations corporelles et psychiques qui mettront du temps à faire leur chemin . Une fois ce chemin parcouru , le quotidien devient vite plus limlpide et les décisions à prendre sont évidentes.

 Même si les exercices sont en partie ludiques, ils sont souvent voués à l’échec, ce qui permet de réfléchir et de trouver des solutions plutôt que de se satisfaire et rester sur ses acquis. Les réactions engendrées par les exercices sont assez perturbatrices et remuent un peu la cervelle, genre boule à neige.  

Ce stage abordera les notions capitales comme le haut, le bas, la vitesse, le silence, l’écoute, la vision, le chaud, le froid, la nourriture, le sommeil, la santé, les réflexes ,…  Vous fonctionnerez durant ces 5 jours en binôme (homme/femme).

Ces stages sont aux antipodes du speed dating, vous aurez à peine le temps de penser à vous,...  Ces 5 jours de stage seront ponctués d’exercices, (missions) inoffensives, mais souvent difficiles a réaliser à cause des « pièges » que les formateurs auront mis en place en amont .

 Le stage se déroulera en Ariege (Lavelanet et aux alentours) A 1h de Toulouse au sud (train arrivée FOIX) ; covoiturage possible dès inscription des participants.

Il est préférable pour ceux qui arrivent en train de cibler le créneau 19,20h à Foix pour éviter les allers retour (23km)  et d'arriver la veille°, si vous comptez partir le dernier soir, ça ne sera pas facile...  Les disciplines abordées seront les suivantes :  Chutes de hauteur, (5m MAX) Rappel (15, 30m )  Tir (arc, plomb, 22,  avec lunette de visée, couteau) Exercices sous marins Paint ball claustrophobie Chutes diverses Protection rapprochée et défense Etude des comportements Combat  (aikido, close combat, boxe, kung fu, boxe française )  Techniques d’actions immédiates Bases mécanique,  étude des résistances, bris de glace, … S’orienter, se nourrir, dormir, faire du feu, boire, se protéger Diversions .   Matériel demandé :  (liste dès inscription)     Evitez le superflu, (ordis, archos, maquillage, robes de soirée, cerf volant, boudins de porte,collections de porte clés,…) n’emmenez pas trop d’affaires, vous n’aurez pas le temps de les mettre.  Vous pouvez apporter :   jumelles,  , ficelle, cordelette,   boules quies,     Sur place:   hébergement en chambre de 2, une cuisine à dispo, salle de bains,  repas possibles le midi pour 5 euros par jour, petit déjeuner géré par les stagiaires.  La liste risque de changer au fur et a mesure que nous élaborons le stage.  Nous nous réservons le droit d’exclure toute personne que nous jugeons inadaptée à la situation ou mettant en péril le bon déroulement du stage ainsi que sa santé et celle des autres.  Si vous avez d’autres questions n’hésitez pas, nous avons des réponses,       

Contenu

Traitement des peurs et phobies, exercices en hauteur,  l'obscurité, le feu, la traque, la fatigue, l'isolement, l'agression, l'abandon, la résistance, ...

Comment réagir face à une situation inconnue ou complexe, comment déléguer, faire confiance à un binôme, tolérer l'autre, accepter l'échec , découvrir ses limites et les dépasser, franchir, réagir intelligemment, trouver encore de l'énergie en soi quand on est vide, par solidarité et conviction.

Par groupes de 12, vous allez de façon ludique comprendre qu'il y a toujours une solution et que vous sous estimiez vos compétences ainsi que vos aptitudes à l'effort.

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

martial | Réponse 01.07.2015 22.31

Bjr Stéphane, je m'appel martial, je t'écris de la part de limo. je veux participer au stage survie. Ces mots: "dis lui que tu as mon aval". Comment je fais??

Chloë | Réponse 08.06.2015 16.53

Bonjour Stéphane, c'est Chloë de Théâtre Group'. J'ai toujours en tête le stage de survie sociale... Comment on fait ? Puis-je être tenue au courant des dates ?

Stephanie | Réponse 25.10.2013 17.22

Salut!
A quand la prochaine session?

Voir tous les commentaires

Commentaires

14.10 | 14:34

Comment etre mis à jour concernant les prochaines dates de Stage?
Stages itinérant ou dans une seule région?
Merci.

...
20.09 | 10:01

Bonjour, je viens aux renseignements concernant votre prochain stage de conneries.Reste-t-il de la place ?

...
27.08 | 23:54

Bonjour,
Intermittants Ayant quelques bases de combat scénique . J’aimerais connaître vos prochaines dates et prix des stages. Merci. Mathieu.

...
22.08 | 17:52

Bonjour, donnez-vous des stages sur la saison 2019-2020 ?
Si oui, connaissez-vous déjà les dates? Merci par avance!

...
Vous aimez cette page